English Español Deutsch Nerlandese Русский Português Italiano

Appredre Chinois.com

Grammaire chinoise D’ailleurs. vous trouverez d’autres ressources utiles sur le chinois comme des mots, des écoles, de la littérature chinoise et plus encore

La grammaire chinoise

Les aspects généraux de la grammaire mandarin standard

Tous les dialectes de chinois partagent un système grammatical similaire, différent de ceux employés dans d'autres familles de langue. Tous les mots n'ont seulement qu'une forme grammaticale, comme la langue manque de conjugaison, de déclinaison ou d'aucune autre inflexion (il existe des exceptions minimes). Les concepts comme le pluriel ou le temps passé sont exprimés par un moyen syntaxique.

Les temps ne sont pas indiqués grammaticalement ; ils sont précisés par des adverbes de temps ("hier", "plus tard") ou des particules d'aspect ou des prépositions indiquant l'achèvement d'une action ou le changement d'état (tout au long avec plusieurs autres significations dépendant du contexte). Les particules sont aussi employées pour formuler des questions ; la syntaxe d'une question est exactement la même qu'une proposition déclarative (de façon basique Sujet Verbe Objet) avec seulement la particule finale, comme "ma" en mandarin, faisant d'elle une question. De façon similaire, le pluriel n'est pas indiqué grammaticalement excepté pour les pronoms et les noms à plusieurs syllabes se référant aux personnes..

A cause des manques d'inflexions, la grammaire chinoise peut apparaître fort simple comparée à celle des langues romanes à un locuteur qui est habitué aux langues infléchies. Cependant, le chinois montre un très haut niveau de complexité dans sa syntaxe.

La syntaxe

Une langue au sujet dominant

Le chinois est considéré comme une langue au sujet proéminent, dans laquelle le sujet de la phrase (défini comme "vieille" information sur laquelle la phrase est basée) prend la priorité dans la phrase. Par exemple, les phrases suivantes ne semblent pas suivre l'ordre normal du sujet en premier mot, mais collent parfaitement à la structure du sujet et sonnent toutefois correctement à un Chinois de langue maternelle.
Ce livre j'ai lu.
Aujourd'hui grimpe montagnes, demain campe dehors.
Nage[r, ant] je suis le meilleur.

La construction des verbes successifs

La construction des verbes successifs est un trait de base de la grammaire chinoise dans laquelle deux verbes ou plus s'enchaînent ensemble. Voici l'équivalent en français d'une phrase en chinois :
littéralement : Ce film j'ai vu pas compris.
Je ne peux comprendre ce film (même si je l'ai vu.) (double verbe, où le second, "comprendre", modifie le premier comme un suffixe et clarifie la possibilité et le succès de l'action en rapport.)

L'écriture chinoise

A part quelques autres questions de grammaire, les premières difficultés auxquelles vous devrez faire face si vous voulez apprendre le chinois sont l'écriture et l'alphabet.

L'écriture chinoise est la seule qui se sert d'idéogrammes (symboles) encore en usage de nos jours et en même temps l'une des plus anciennes (environ 3200 ans). Son grand avantage est qu'elle peut être utilisée par tous les locuteurs de dialectes chinois à l'intérieur et à l'extérieur de la Chine qui appellent la même chose avec une prononciation tout à fait différente qui peut être difficilement compréhensible par quelqu'un qui ne parle que la langue courante officielle. Les gens qui ne peuvent communiquer par la langue peuvent faire usage des caractères pour rendre possible une compréhension. Même les gens qui parlent une langue totalement différente du chinois comme le coréen, le japonais (et le vietnamien) sont (étaient) capables de communiquer ensemble en se servant des caractères chinois. Le caractère du chinois comme langue avec des syllabes isolées n'ayant pas de déclinaison ou de conjugaison rend possible d'exprimer tout mot parlé sous forme écrite simple, par un simple caractère. Un mot correspond à une syllabe et à un simple caractère.

Mais le grand problème de la langue chinoise est qu'elle n'a seulement que quelques syllabes en comparaison des langues avec des syllabes rapprochées (par exemple les langues européennes moins l'anglais, les langues altaïques comme le mongol ou même le coréen et le japonais). Il y a un très grand nombre de mots à consonance totalement identique, même si la langue chinoise possède quatre (les dialectes en ont davantage) hauteurs de ton (haut, bas, montant, descendant). Cette homophonie (sons équivalents) dans la langue chinoise vient de la langue officielle du gouvernement (guanhua, mandarin en français) qui développa pendant les dynasties Yuan (1279-1368), Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911) dans la capitale du nord, Pékin.

Les officiels qui venaient des régions différentes du vaste empire devaient créer une langue commune basée sur le plus petit commun dénominateur. Comme beaucoup de langues, le chinois montre pourtant une tendance à la simplification. Les mots qui se prononçaient très différemment il y a deux mille ans se prononcent de façon absolument identique aujourd'hui.

Le nombre des caractères chinois

Beaucoup de gens se demandent comment beaucoup de caractères (hanzi) construisent le système chinois d'écriture. Le dictionnaire le plus accessible jamais fait, le Hanyu da zidian de 1990, contient plus de 50 000 caractères. Mais les dictionnaires de caractères "normal" en contient environ 10 000. Beaucoup de ce nombre énorme de caractères sont utilisés seulement pour des termes particuliers dans les poèmes, les romans, les sciences ou en littérature ancienne, un grand nombre de caractères pour les mots de dialecte ne sont probablement jamais écrits dans les livres, et beaucoup de vieux caractères ont disparu.